Home » The Urban Way » 2012: Campaigning and building in solidarity the Urban and Communitarian Way to live well on our planet! » Inhabitants at the People's Summit, Rio+20 » Les habitants vers le Sommet des Peuples. Propositions et luttes pour bien habiter notre planète

Mostra/Nascondi il menu

The Urban Way

Les habitants vers le Sommet des Peuples. Propositions et luttes pour bien habiter notre planète

TIP

L’Alliance Internationale des Habitants, réseau mondial d’organisations et mouvements sociaux urbains sans frontières, soutient avec force l’Appel du Sommet des Peuples pour la Justice sociale et environnementale et l’Assemblée permanente des Peuples contre la marchandisation de la vie et de la nature et pour la défense des biens communs, qui aura lieu à Rio de Janeiro, au Brésil, du 15 au 23 juin 2012, au moment même et dans la ville même où se déroulera la Conférence des Nations Unies sur le Développement Durable (Rio+20).

La crise de civilisation du système néolibéral basé sur un Pacte Social violeur

Actuellement il existe dans le monde une crise de civilisation provoquée par le colonialisme capitaliste qui a exploité et dépouillé la nature et l’humanité au point de les laisser au bord de l’extinction. La crise climatique et des sources d’énergie est en train de s’aggraver et les économies impérialistes s’appliquent à elles-mêmes des politiques d’ajustement structurel qui reposent souvent sur les «bulles» et les chocs, ainsi que sur les désastres et la supposée «économie verte».

Les aspects les plus évidents sont l’augmentation de l’insécurité du logement pour les populations, expulsées et repoussées vers des zones à risques et / ou de protection environnementale, et l’augmentation exponentielle de l’accaparement des terres, nouvel instrument du colonialisme, qui amplifie les effets négatifs de la mondialisation, en spécialisant quelques régions de la planète en fonction des économies dominantes (agriculture industrielle, agrocarburants, tourisme), en détruisant la richesse de la diversité (communautés, environnement, économies locales) et en creusant le fossé avec les pays appauvris.

Les causes ultimes des ces violations du droit d’habiter se trouvent dans le système néolibéral, basé sur un Pacte Social qui viole la souveraineté des droits humains et environnementaux, la souveraineté territoriale, l’équité sociale et la durabilité.

Les luttes des habitants montrent la possibilité de trouver des solutions appropriées et révolutionnaires

Cependant, non seulement les différentes luttes des organisations d’habitants montrent qu’il est possible de trouver des solutions appropriées et durables face à la crise urbaine et mondiale du logement pour recouvrer la souveraineté des droits humains et environnementaux, la souveraineté territoriale, l’équité et la durabilité, mais aussi, il existe un sentiment très fort que des changements révolutionnaires, auxquels les habitants pourraient contribuer efficacement, au XXI siècle sont possibles.

En nous basant sur ces convictions et sur le succès de l’Assemblée Mondiale des Habitants (FSM Dakar 2011), nous avons renforcé les principes qui guident notre action, en particulier la conviction que l’air, l’eau et la terre sont des biens communs auxquels tous et toutes ont droit sur la planète, que ce ne sont pas des marchandises, et que les habitants ont la responsabilité d’exercer tous leurs droits humains et environnementaux, individuellement et collectivement, en vivant, luttant et gouvernant.

Atteindre les objectifs en construisant la Voie Urbaine et Communautaire

Pour atteindre ces objectifs, pour l’Alliance Internationale des Habitants, il est central de construire la «Voie Urbaine et Communautaire», comprise comme un espace et un parcours commun, mondial et solidaire des organisations et des réseaux d’habitants qui partagent leurs expériences, élaborent des stratégies et des plateformes, gèrent des outils, décident et mettent en pratique les engagements, pour renforcer la solidarité avec les luttes locales.

Ainsi nous pourrions contribuer à la récupération de la fonction sociale de la propriété, des villes et en général du territoire, en prouvant que les mouvements sociaux ont une expérience cumulée qui contribue à récupérer et défendre les villes et la nature, les cultures, les savoirs et les pratiques, la durabilité, l’autodétermination et la souveraineté des peuples, la justice, la paix et la démocratie.

Ainsi nous essaierons de refonder le Pacte Social Urbain sur la primauté du paradigme alternatif des droits humains et environnementaux, ainsi que sur les responsabilités des habitants en tant que constructeurs et gouvernants des établissements humains, piliers incontournables pour «bien habiter notre planète».

Dialogue et alliances : de Rio à Naples et la prochaine AMH

Pour ces raisons, nous considérons l’espace de Rio comme un événement essentiel pour renforcer le dialogue et les alliances, définir une plateforme et un programme de lutte communs pour les organisations d’habitants des villes, de paysans,  de travailleurs, de femmes,
les organisations environnementales et toutes celles qui luttent pour la gestion intégrale du territoire en rééquilibrant les relations entre ville et campagne, le Droit à la Ville et le Droit à la Terre.

Un dialogue à approfondir à tous les niveaux et à poursuivre dans des espaces comme le Forum Urbain Mondial - Forum Social Urbain (Naples, septembre 2012) et l’Assemblée Mondiale des Habitants - Forum Social Mondial (2013), et contribuer ainsi à «bien habiter notre planète».

Georeferences


The Volunteer translators for housing rights without frontiers of IAI who have collaborated on the translation of this text were:

Marie-Thérèse Sottas, Lise Saporita

Comments

Log in or create a user account to comment.